Se fixer des objectifs annuels

Dévellopement personnel, coaching et projet professionnel auto-entrepreneur : se fixer des objectifs
Suite à mon bilan de l’année 2018 (étape indispensable au bon déroulement d’un projet professionnel), je me suis fixé mes objectifs pour l’année 2019. Se fixer des objectifs est un exercice qui devrait motiver toute personne en difficulté ou qui souhaite travailler en indépendant. Être capable de se projeter dans les 12 mois à venir est un exercice vital.

 

Anticiper l’imprévu

J’avais entamé une VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) avec l’Afpa en m’appuyant sur mes 5 années de métier de maquettiste en agences de communication. Problème : l’Afpa n’a pas respecté ses engagements. Fort heureusement, j’avais anticipé ce genre de dysfonctionnements. Il me fallait absolument prévoir une alternative à la VAE, qui n’est pas une formation mais une “validation” d’une certaine expérience par un jury. Si votre prestation ou l’accompagnement ne sont pas à la hauteur, la validation peut être partielle voire nulle. L’hypothèse d’un tel échec est inconcevable dans mon projet professionnel. Une succession d’évènements holistiques a rapidement résolu ce problème : j’intègre en février une formation de designer graphique print et web certifiante de niveau supérieur (niveau III) ! 

 

Terminer sa formation métier

Si il y a une chose qu’une personne en reconversion ou en évolution professionnelle doit retenir : ne jamais s’engager dans une formation non certifiante ! Exigez le meilleur : inscription au RNCP, au Data Dock, bouche à oreille positif… et n’hésitez pas à autofinancer votre formation. Cette formation de Bac+2 est un cap essentiel dans mon projet professionnel initié il y a déjà un an. En juillet 2019 je serai enfin redevenu un graphiste créatif print et web professionnel. 300% opérationnel ! Moralité : toujours avoir un plan B ! 

 

Toujours apprendre

Si l’année 2018 a été une année à la fois douloureuse et libératoire, l’année 2019 s’annonce celle de la récolte des fruits d’un long processus. Apprendre doit rester un objectif quotidien mais il faut savoir mettre un terme à sa formation “métier” initial. Viennent ensuite des objectifs divers qui permettent de s’assurer de pouvoir vivre de son métier. Les objectifs ne manquent pas et annoncent de nouveaux objectifs à venir (trimestriels, de CA etc.) :
 
  • continuer les cours d’Open Classroom Premium (prospection, mode projet…)
  • suivre des ateliers de création d’entreprise (bien que j’ai déjà balisé le terrain)
  • augmenter mon temps de lectures professionnelles, de veille artistique et technologique
  • réactiver le statut de graphiste auto-entrepreneur que j’avais prématurément lancé. Pour la partie illustration, je ne sais pas encore s’il sera nécessaire de m’inscrire à la Maison des Artistes
  • démarrer la prospection pour mes travaux d’illustration
  • réaliser des projets qui me tiennent à cœur : poursuivre l’originalité des séries d’illustrations et produire une nouvelle série d’animation. N’oubliez jamais de vous faire plaisir !
  • réaliser mes premières commandes, ce qui implique une gestion complexe qui peut nécessiter d’externaliser certaines activités

 

S’organiser grâce à des applications gratuites

Se fixer des objectifs, c’est bien, mais ne pas optimiser son organisation peut se révéler dangereux. En 2019, les aides logicielles pour s’organiser ne manquent pas. J’ai testé puis sélectionné celles que je considère comme les plus adaptées à mes besoins :
 
  • Trello : la version gratuite multiplateformes est suffisante pour un freelance. Son système de “cartes” est très visuel, les cartes sont faciles à personnaliser et à déplacer, ce qui permet de minimiser les interventions chronophages d’autres solutions
  • Wonderlist : l’app de référence. Multiplateforme, gratuite et visuellement réussie. Complète, elle peut servir de simple liste de choses à faire (“task list”) ou à gérer vos mémo, dossiers d’étapes à suivre, gestion de clients etc. 

 

Investir pour parfaire son organisation

Le tout gratuit n’existe pas, surtout qu’il y a un travail conséquent qui a été fourni — tout travail mérite salaire ! Dans le 100% gratuit, il y a soit des mauvaises surprises, soit c’est vous le produit !
 
  • J’ai investi dans la formation Trello payante de la freelance Julia du site Idontthink.fr. Son travail colossal fait gagner un temps considérable ! L’offre inclue des cartes pré-remplies extrêmement utiles
  • Timork : une application iOS de type “pomodoro” (gestion de temps) idéale pour planifier et comptabiliser son temps de production en mode projet. Payante, les applications de ce type représentent un investissement qui me parait très judicieux
  • Focus to do : une autre app pomodoro pour Android : moins fun mais qui peut se révéler très utile, le temps étant de l’argent 

 

Mettre en place une stratégie annuelle

Rien de plus difficile que de se projeter sur une année complète ! Pourtant, c’est vital. Pour cela, Trello est parfaite car elle me permet de : 

  • Rédiger des objectifs par trimestres
  • Rédiger un objectif principal pour l’année, par exemple : obtenir X clients
  • Lister les salons et évènements annuels liés à la communication (conférences, meetings etc.) pour 2019
  • Continuer de rêver (c’est important pour se dépasser) en listant ses grandes idées pour l’année. Par exemple : trouver des clients à l’étranger (je rêverais de travailler pour l’Angleterre ou l’Italie) 

 

Construire son réseau

Avoir recours aux cours particuliers est l’idée la plus brillante que j’ai eu en 2018 ! Outre un coaching sur-mesure, c’est l’opportunité de démarrer son réseau professionnel avec des personnes de qualité. S’entourer de professionnels qui visent l’excellence et qui sont dans la bienveillance est une des clés de la réussite professionnelle. Partager, échanger : des notions essentielles de 7 à 77 ans ! Une chose à ne jamais oublier : il y a du travail pour tous (ceux qui sont prêts à travailler dur) ! Quelqu’un que vous percevez comme un “concurrent” pourrait être en réalité un partenaire précieux !
 
Autre levier pour se constituer un réseau professionnel : la mobilité. Formations, conférences, meetings… autant d’opportunités pour s’extérioriser et montrer qu’on existe. Faire connaître sa petite entreprise pour qu’elle ne connaisse pas la crise ! Outils indispensables : cartes de visite, un book et de la bonne humeur ! Pourquoi se lancer dans l’auto-entreprenariat si c’est pour devenir grincheux ? Se constituer un réseau réel via les réseaux sociaux et les sites de “réseautage” n’a pas été mon fort en 2018, c’est un point que je vais améliorer.

 

Budgétiser ses investissements

Formations spécifiques, logiciels, cotisations, impressions, agent et comptable, vacances, frais de transport : nous sommes tous poursuivis par des dépenses incontournables ! La France est toujours ce pays cher aux salaires trop bas par rapport au coût de la vie 🙁 Il va donc falloir jouer les écureuils et engranger les économies tous les mois. Voilà la raison pour laquelle il faudra être capable d’arrêter les dépenses consuméristes, refuser des projets “à perte” et négocier des tarifs parfaitement légitimes au regard de toutes ces dépenses. Le temps étant de l’argent, il ne faudra pas hésiter à externaliser la comptabilité et une partie de la prospection. Après tout, les prestataires font aussi parti du réseau !

 

Planifier son temps libre

Pas question de tomber dans le burnout, sinon quel sens donner à l’auto-entreprenariat ? Pour bien prendre soin des autres il faut d’abord prendre soin de soi. C’est du bon sens, et nous en avons tous besoin pour se sentir mieux ! Le but va être de limiter son exposition à tout ce qui peut être anxiogène voir dépressogène :

  • On ne compte plus les études scientifiques qui prouvent que les 4 premières heures de la journée sont les plus productives. Passé 18h, on multiplie les risques d’erreurs… et de cernes sous les yeux ! Adopter un rythme de travail de type salariat, c’est s’épargner l’enfer : des pauses de 10 mn et 1h pleine pour déjeuner top chrono — en s’offrant idéalement au moins une fois dans la semaine un déjeuner ou un pique-nique à l’extérieur pour prendre l’air
  • Éviter la distraction pendant les temps de production : les mails se lisent en début et en fin de journée. 1h30 de travail continu c’est 1h30 sans toucher au téléphone ! Impossible pour beaucoup, tellement évident pour certains
  • Pas de travail le dimanche sauf charrette pour un projet essentiel à la survie de son activité
  • Prévoir des demi-journées de libres dans la semaine pour cocooner, se balader au contact de la nature ou sortir en ville en évitant la cohue

 

L’objectif ultime

Enfin, le dernier objectif à atteindre mais pas des moindres : adopter la zen attitude. Éviter de regarder les informations juste avant de se mettre au travail car elles sont la plupart du temps anxiogènes — exception faite pour le journal de Jean-Pierre Pernaut 🙂 Enfin, il faut vous convaincre que nos institutions ont toujours dysfonctionné et que finalement, un problème administratif peut disparaitre aussi rapidement qu’il est apparu. Le stress réapparaît ? Un petit plongeon dans l’eau ou dans un coin de verdure et tout redevient calme 🙂
Partagez

Laisser un commentaire

Suivre

Je souhaite rester informé

Translate »