Réussir son stage en entreprise à tout prix ?

stage en entreprise et convention destage
Combien de stages sont nécessaires pour enrichir son CV ? Petite ou grosse entreprise ? Au regard de nombreuses expériences de stage malheureuses, le stage est-il vraiment indispensable ?

 

Un seul stage suffit-il ?

Le stage doit répondre à une stratégie personnelle afin de combler ses lacunes, de valider ses acquis et pouvoir se confronter aux équipes en places. Certains graphistes perçoivent le stage en entreprise comme infantilisant et qui ne profite la plupart du temps qu’au chef d’entreprise. Si vous avez déjà une expérience dans le métier visé, le stage n’est pas indispensable. Il doit être de courte durée car vous devriez rapidement remettre le pied à l’étrier. Sinon, l’ennui risque de pointer le bout de son nez…
Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que le stage n’est pas un emploi. C’est une période de découverte et de consolidation. Même si l’employeur oublie trop souvent l’aspect apprentissage, continuez d’étudier, de chercher et de vous améliorer plutôt qu’uniquement produire. Un stage unique devrait être suffisant pour ceux qui sont en reconversion professionnelle. Vous savez travailler, vous allez le prouver ou l’avez déjà prouvé. Le stage terminé il ne vous reste qu’à correctement vous vendre ! Il peut arriver selon la situation qu’un stage complémentaire soit nécessaire. Il pourra se réaliser alors hors cursus : des conventions de stage sont possibles hors formation. Pour vous guider : Pôle Emploi, l’Apec ou Cap Emploi.

La taille, ça compte ?

Un grosse firme fera toujours son effet sur votre CV. EDF, Orange, France Télévision : des marques qui claquent ! Sachez cependant que le management dans les grandes entreprises est très différent des petites structures. Chez les grands, les postes sont cloisonnés et spécialisées. Chez les petits, on est plutôt polyvalent. Alors, spécialiste ou généraliste ?  Faites le bon choix en fonction de vos besoins.

L’ambiance dans les stages

Il faut impérativement cerner l’ambiance du stage. Écoutez-vous (pour une fois !) et repérez les signes annonciateurs de conflits. Dans les grosses boites, les équipes sont plus grandes, les mentalités et origines sont plus diverses. La vision est plus globale. Une petite structure de type familiale présente un risque plus élevé « d’exploitation » (un mot récurent dans les retours de stages) car le ou la dirigeant(e) sont ici « chez eux ». Les conflits relationnels sont courants dans les toutes petites structures. Il est très important de peser le pour et le contre d’un stage dans une entreprise de type « familiale ». Un talent trop affirmé et une proximité envahissante peut éveiller la jalousie, voir l’hostilité. Dans une grande entreprise, optez pour un stage de 2 à 4 mois. Dans une petite structure, contentez-vous d’un ou deux mois, pas plus. Je ne cautionne pas les stages de 6 mois. Cette durée se substitue à la période d’essais, qui elle est rémunérée normalement en suivant les rêgles de la négociation.

Le stress en stage

Personne n’en parle, sauf dans les forums étudiants : le stress sur le lieu de stage. Combien de stagiaires ont la boule au ventre en se rendant sur leur lieu de stage ? Crises de larmes, sentiment de nullité, de ne pas être considéré à sa juste valeur, de ne pas être suffisament guidé… La souffrance au travail est le mal du siècle : la vie au travail est parfois difficile à supporter pour les professionnels les plus investi. Quête de rentabilité ne rime pas forcément avec qualité… L’individualisme et la compétition dominent : difficile aujourd’hui d’être un stagiaire vraiment épanoui dans de telles conditions. Il est donc important de bien orienter ses recherches de stage afin de choisir la spécialité qui vous attire le plus et dans laquelle vous allez pouvoir exceller.

Alors, stage ou pas stage ?

Les stages au delà de deux mois sont rémunérés. Je vous conseille de bien étudier les offres de stage et garder en tête qu’il y a peu de chances que la boite vous garde. En effet, les stagiaires ont toujours été une main d’œuvre à bas coût. En situation de crise économique, l’espoir d’embauche s’amoindrit d’autant. Considérez donc le stage comme un levier professionnel. Même un stage qui se passe mal est bénéfique : vous y apprenez des process et soluces qui vous seront extrêmement utiles. Vous saurez repérer les signes de mauvaise ambiance au travail, décrypter les promesses intenables et enfin adopter l’attitude la plus adaptée pour vous protéger. Les bénéfices du stage se développent aussi et surtout dans les mois qui suivent en metant en application vos acquis.

À qui profite le stage ?

Un stage doit vous servir VOUS en tout premier lieu. Futurs stagiaires, je vous conseille de penser d’abord à l’obtention de votre diplôme, de trouver un professionnel modèle à vos yeux à qui vous pourrez vous identifier. Trouvez votre mentor ! Les professionnels en place ont déjà une carrière et n’ont rien à perdre avec vous si ce n’est leur temps : le stagiaire doit donc mobiliser toute son attention à ses propres objectifs de réussite. C’est ce qu’on appel être « acteur de sa formation ». Ne cherchez pas à plaire à tout prix. Faites le job avec votre propre style, votre propre ambition. Si cela déplait, c’est que vous ne devriez pas travailler dans cette boite et que l’entreprise la plus adaptée à votre personnalité est à la sortie. Positivez l’expérience de stage sur votre CV, soyez ingénieux mais toujours authentique. Bref, soyez vous-même !

 

Partager l'article

Laisser un commentaire