Le papier, support d’expression et d’impression, partie 1
Le papier d'impression couché non couché
Histoire, fabrication et conseils pour choisir le bon grammage du papier.

Le papier, un support d’expression et d’impression

Du papier toilette aux luxueux cartons d’invitation thermographiés, les domaines d’application du papier sont multiples. Presse quotidienne, emballages cartons, packaging, affichage… Le papier raconte une histoire, celle des supports écrits depuis l’aube de l’humanité. Nous allons découvrir cette histoire et sa fabrication à travers le temps. Dans un prochain post, j’aborderais les différents types de papier pour l’impression, du papier ordinaire au papier le plus invraisemblable.

Les ancêtres du papier

papyrus
Papyrus d’Heracles (Oxford, Sackler Library), un fragment de manuscrit grec du IIIe siècle d’un poème sur les travaux d’Héraclès.

Les premiers supports pour l’écriture et le dessin furent les parois rocheuses durant la préhistoire. Puis vint le bois, le métal et l’argile sous forme de tablettes. Les premiers caractères cunéiformes furent écrit il y a plus de 3000 ans en Mésopotamie. On écrivait sur des tablettes d’argile avec un « style » en roseau (ancêtre du stylo). C’est à partir du roseau que les égyptiens fabriquèrent le papyrus (à l’origine du mot papier). À l’ancienne Egypte, on a utilisé le papyrus jusqu’au perfectionnement de la technique du parchemin (“Pergamena”). Quand les egyptiens interdirent l’export du papyrus à l’étranger, le parchemin devint alors un support privilégié en occident. Le parchemin domina ainsi cinq siècles jusqu’au moyen-âge. Fabriqué en peaux animales et découpé en feuilles, le parchemin est un support résistant et pliable mais couteux par son prix et la quantité de peaux de bêtes nécessaires à sa fabrication.

Au 2è siècle en Chine, on écrivait à l’encre de Chine sur de la soie. Les chinois étaient experts dans le traitement des fibres végétales : fibre de soie, de lin, de bambou… Ainsi, c’est sous la dynastie de Han qu’ils inventèrent un nouveau support aux caractéristiques d’uen grande diversité : le papier. Estampé, coloré mais surtout reproductible avec l’arrivée de la xylographie (empreinte gravée sur du bois), le papier devenait aussi support artistique, support de communication. Si Guttenberg a démocratisé des siècles plus tard le papier et l’impression, ce sont les chinois ont été les véritables inventeurs de l’imprimerie.

La fabrication du papier

Fabrication du papier
Leçons élémentaires de chimie (B.Bussard, H.Dubois) 1906.

Nous avons vu que le papier est constitué de fibres végétales : bois ou « peille » (chiffon traité mécaniquement). Le résultat donne une mixture de fibres et d’eau. Le papier constitué de peille est de meilleure qualité, les fibres sont plus longues. Le papier constitué de bois est moins cher (le papier journal étant constitué uniquement de bois). La mixture donne la pate à papier, déverssée sur un fil de fer, sans perte. Après le processus de séchage, un filigrane peut être ajouté. Vient ensuite le pressages et enfin la « finition machine. À ce stade, le papier est absorbant. La finition est adoucie pour obtenir un « papier couché » éventuellement dés la pate à papier, grace au kaolin, une argile originaire de Chine.

Un papier toujours plus au vert

La production du papier reste assez polluante : énergie electrique, méthane, agents chimiques… L’impact écologique s’est toutefois réduit grace au développement de papiers plus écologiques : papier à base de fibres du cellulose des arbres des forêts certifiées FSC et papier certifié «écolabel» à base de vieux papiers et cartons récupérés.
Il existe une alternative au papier traditionnel : le papier « Crush » de la papeteire italienne Favini, réalisé à base de déchets agro-industriels. Un papier idéal pour l’édition et le packaging de luxe, l’impression de produits orientés nature et bien-être.

Le papier, partenaire du numérique

De la naissance au 19è siècle de l’industrie du papier à nos jours, la fabrication du papier n’a pas changée. Elles s’est juste automatisée. Le papier artisanal reste pour encore longtemps synonyme de grande qualité, idéal pour se démarquer. Si le numérique n’a pas réussi à faire disparaitre le papier, c’est parce que le support tangible s’est montré à travers les millénaires d’une redoutable efficacité. Il stimule les sens, d’où l’importance de bien connaître les différents types de papier, ce que nous verrons dans un prochain post.